MON ONCLE.

 Mon oncle Hulot m'apparissait, lorsque j'étais enfant, comme un personnage à la fois proche et lontain, indifférent et chaleureux. C'est difficile à expliquer, je le sens bien. J'essaierai peu à peu de me faire comprendre. Peut-etre ai-je gardé de mon oncle une image inexacte, peut-etre n'était-il pas tout ce que croyais. C'est possible. Je ne le saurais jamais. Mais je veux parler comme si j'avais encore huit ans.
 Il était donc de haute taille et très raide. Il marchait à pas saccadés, légèrement penché en avant et saluait à tout propos. A cette minute meme, je le revois tout à coup, faisant son marché sur la petite place, la pipe en l'air. Il tient à la main un sac noir d'où sort la gueule aux dents pointues d'un brochet. Cette gueule terrible irrite les roquets, sous les étalages, et pendants ce temps, sous les pas de mon oncle, s'accumulent les incidents qui faisaient avant tout le charme de sa compagnie.
 Il était poursuivi d'une sorte de fatalité qui le jetait dans tous les ennuis. Il ne manquait aucune gaffe, aucune maladresse, mais à la façon qu'il avait d'accepter les coups du sort, impassible, impénétrable, sans souciller, sans protester, je me demandais quelquefois s'il ne provoquait pas à dessein l'incident.
( de "Mon Oncle", Jean Claude Carriére)



Commenti

Anonimo ha detto…
http://www.site.com - [url=http://www.site.com]site[/url] site
site

Post più popolari